Xiaomi s’implante sur le marché des voitures

Xiaomi s’implante sur le marché des voitures

Le fabricant chinois de smartphones Xiaomi a laissé entendre que les développeurs d’appareils intelligents se tournent de plus en plus vers les constructeurs automobile pour leurs prochaines générations. Ils laissent penser que la plupart des IA seraient concentrés autour des véhicules électriques.

Dans un dépôt réglementaire en Inde publié mardi, Le géant chinois a déclaré qu’il pourrait vendre “tous types de véhicules pour le transport, le transport et autres équipements de transport, qu’ils soient électriques ou ou doté de tout autre moteur ou énergie mécanique, y compris les composants, pièces détachées” en Inde .

La compagnie n’a pourtant annoncé aucun projet concret pour fabriquer des véhicules électriques dans sa Chine natale et a déclaré qu’elle ne cherchait pas actuellement de licences ou d’autorisations pour les produire. “Nous n’avons rien dans le pipeline”, a déclaré un employé de l’entreprise, faisant référence au pays de Gandhi.

Lei Jun, le fondateur de l’entreprise, s’est prononcé sur la possibilité de faire une voiture au début de l’année 2015 – précisant ensuite que cela se produirait dans les «trois à cinq prochaines années».

Les médias chinois ont alors analysé ce phénomène comme une potentielle entrée sur le marché automobile de la part du constructeur de téléphones, ce qui rentre directement dans la ligne directrice de l’économie chinoise, qui se tourne peu à peu vers ce secteur.

Les consommateurs chinois prennent de plus en plus en compte la «connectivité» dans les voitures, ce qui implique entre autre être capable de faire des tâches telles que faire du shopping et naviguer sur les réseaux sociaux en déplacement, comme un aspect important dans leur choix d’auto.

Baidu, la réponse de la Chine à Google, a lancé Baidu CarLife en 2015, qui intègre les smartphones aux écrans d’affichage des voitures et relie l’intelligence artificielle à la reconnaissance vocale, en réponse à la demande de la population cantonaise.

La coentreprise d’Alibaba avec le constructeur automobile chinois SAIC, nommé Banma, a récemment conceptualisé un «système d’exploitation» embarqué.

Future Mobility, une nouvelle entreprise de voitures électriques, a annoncé qu’elle lancerait le Byton – abréviation de «Bytes on wheels» – l’année prochaine, avec un grand écran de tableau de bord. Il a dit qu’il a vu sa voiture comme “l’appareil intelligent de la prochaine génération, de l’avenir”.

BMW produit une version de sa série 5 pour la Chine, la série 5 Li, qui dispose de deux écrans à l’avant, un de 12 pouces et un de 10 pouces, et trois à l’arrière.

Mais Xiaomi est la première grande entreprise technologique chinoise à faire même allusion à la construction de voitures complètes, un plan qui serait néanmoins en ligne avec son modèle d’affaires. Le groupe était autrefois la start-up technologique la plus en vogue de Chine, mais maintenant il s’est installé dans une existence confortable en fabriquant des versions de produits connectés à Internet destinés à la classe moyenne du pays, des smartphones aux cuiseurs à riz.

Plus de 200 entreprises ont annoncé leur intention de construire des voitures électriques en Chine.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *